• L.N.2.3

    C’est parce qu’elle a vécu en terre d’Islam une bonne partie de sa jeunesse qu’Hélène Lhote a conservé ce goût pour l’art ornemental. Réminiscences de la culture persane qui lui était familière, les éclats lumineux de ses miroirs découpés ponctuent aujourd’hui la cadence urbaine, signes forts de ce monde qu’elle n’oublie pas.

    Cette œuvre dans la rue, discrète et clandestine, Hélène l’a baptisée L.N.2.3. Et c’est après avoir développé tout un travail en atelier avec miroirs gravés, découpés, meulés, polis mais aussi avec des verres soufflés puis argentés qu’elle l’a développé. Avec une envie de simplicité et d’immédiateté pour offrir au passant un clin d’œil lumineux.

Comments are closed.